ANIMAUX – Les porcs sont des animaux bavards. Pour exprimer leurs émotions, ils usent de grognements, bruyants et sonores. Décrypter ce langage permettrait aux éleveurs porcins de mieux les comprendre pour répondre à leurs besoins.

C’est ce qu’ont réalisé des chercheurs de l’INRAE, l’École Polytechnique Fédérale de Zürich (ETH) et l’université de Copenhague. Ils ont développé un système de reconnaissance des sons émis par les cochons. Produits dans le cadre du projet européen SOUNDWEL, leurs résultats ont été publiés le 7 mars dans la revue Scientific Report.

Des systèmes analysant les bruits des porcs pour vérifier leur santé existent déjà, mais ce nouvel algorithme permet d’aller plus loin en distinguant précisément leurs émotions. Une telle technologie pourrait potentiellement permettre aux éleveurs de s’assurer du bien être de leurs animaux.

Une traductrice des émotions porcines

Pour construire cette intelligence artificielle, une bibliothèque de bruits a tout d’abord été créée. Cette base de données comprend des enregistrements d’analyses publiées précédemment mélangées à d’autres, plus récentes, recueillies dans le cadre de cette étude.

Au total, pas moins de 38.000 vocalisations sont regroupées, dans dix-neuf situations diverses allant de la naissance des cochons à leur mort à l’abattoir. Les conditions de vie de ces porcs sont celles d’élevage en intérieur, sur paille ou caillebotis (grilles de métal) notamment.

Avec cette masse de données sonores, des éthologues (scientifiques spécialisés dans les comportements des êtres vivants) et des bioacousticiens ont travaillé de pair afin d’analyser la structure acoustique des sons enregistrés. Une intelligence artificielle a ensuite été utilisée afin de classer automatiquement les bruits en fonction de leur valeur émotionnelle (positive ou négative).

Ce classement intègre également la situation dans laquelle ont été émis les grognements des porcs. L’objectif in fine est de permettre aux éleveurs d’oeuvrer pour le bien-être animal, grâce à l’analyse de l’intelligence artificielle. 

L’intelligence artificielle au service des éleveurs

Dans son application, l’intelligence artificielle semble efficace. À chaque nouveau son enregistré, le programme va le comparer avec ceux de sa base de données, pour le qualifier. Elle démontre ainsi une précision de 91,5% pour traduire la valeur émotionnelle des vocalisations, et de 82% s’agissant de la situation dans laquelle elle a été émise.

Ce système est alors d’une grande aide pour les éleveurs, permettant de les alerter en temps réel au moindre problème. Il peut s’agir d’un petit écrasé par un congénère, d’une bagarre éclatant dans un parcage, etc.

D’autres bénéfices ont été mis en avant, notamment l’efficacité de son fonctionnement. Il s’agit là d’une vraie rupture avec les analyses déjà existantes, manuelles et chronophages. Ce programme marque également un net progrès face aux systèmes de surveillance similaires, basés sur le bruit et la toux, qui se concentrait sur l’état de santé de l’animal.

Selon l’Inrae, l’utilisation d’un tel dispositif permettrait de “renforcer les situations positives pour les porcs, en les aidant à évaluer par exemple la mise en place de nouveaux jouets ou d’infrastructures pour renforcer le bien-être de leurs animaux”. Pour autant, l’étude ne va pas aussi loin, ayant simplement construit ce système d’intelligence artificielle. Reste maintenant à savoir si les éleveurs s’en saisiront et dans quelles conditions. Car le bien-être des porcs dépend de nombreux facteurs, alors même que 95% d’entre eux sont élevés selon un système intensif. 

À voir également sur Le HuffPost: 2022 brebis défilent sur les Champs-Élysées en clôture du Salon de l’Agriculture

LIRE AUSSI :

« Pourquoi je suis devenu éleveur en plus de vigneron »Du requin utilisé dans la nourriture pour animaux de compagnie