Cet appel à projets de recherche aborde la problématique de la pollution à la chlordécone aux Antilles, par une approche de type « one health » c’est-à-dire une approche intégrative, systémique et unifiée de la santé humaine, animale et environnementale. Cet appel a pour objectif de promouvoir des recherches sur la caractérisation des impacts de la chlordécone et de ses dérivés, et des solutions pour les réduire.

Les aspects économiques et sociaux feront partie du périmètre de l’appel. Les équipes scientifiques seront invitées à former des consortia de recherche multidisciplinaires en associant des équipes de recherche hexagonales et antillaises. Par ailleurs, des partenaires non académiques pourront être impliqués dans la formation de ces consortia (les règles de financement seront prévues dans le texte de l’appel) afin d’élargir le spectre des projets de recherche proposés.

Pour rappel, le plan chlordécone IV pour la période 2021-2027,  vise à poursuivre et à renforcer les mesures déjà engagées pour réduire l’exposition des populations à la chlordécone en Guadeloupe et en Martinique, ainsi qu’à déployer des mesures d’accompagnement adaptées, tout en veillant à répondre aux besoins de la population.

Lire aussi: Chlordécone: les cancers de la prostate reconnus comme maladie professionnelle, le décret publiéLa chlordécone est un pesticide utilisé en Guadeloupe et Martinique de 1972 à 1993 pour lutter contre le charançon du bananier. Cette molécule (et ses métabolites secondaires) est toxique pour l’homme et entraîne une pollution durable des eaux, des sols et des chaînes alimentaires.