En licence, en BTS ou en école supérieure… Le climatologue Jean Jouzel veut intégrer la transition écologique dans tous les parcours d’étude de niveau bac +2 ou plus. Cette proposition figure dans son rapport remis au ministère de l’enseignement supérieur ce mercredi, rapportent nos confrères du Monde . Lourd de 90 pages, le document estime que « toutes les formations, de toutes les filières et de tous les niveaux, doivent se mobiliser pour transmettre les connaissances et compétences utiles à la transition écologique ».

L’ancien vice-président du Giec, qui avait déjà rendu de première recommandation à Barbara Pompili en juillet 2020, propose de mettre en place une « phase transitoire » durant laquelle six crédits européens d’enseignement « pourraient être systématiquement réservés à la transition écologique ». Et ce, peu importe si l’étudiant se forme en psychologie, en science politique ou en mathématiques.

Financement et recrutements

Dans la constellation de problématiques liées à la transition écologique, le rapport Jouzel s’attarde sur quatre piliers qui devraient faire partie intégrante de ce nouvel enseignement : l’impact des activités humaines sur l’environnement à l’échelle de la Terre, l’impact des activités humaines à l’échelle locale, les enjeux de société et de gouvernance associés et les réactions possibles.

Le gouvernement est aussi incité à travailler main dans la main avec Pôle Emploi afin de mettre sur pied une formation supérieure et certifiante sur les enjeux de la transition écologique. Reste à savoir si l’exécutif suivra cette feuille de route qui ne pourra se faire sans un financement et des recrutements dans les universités françaises.