L’article, publié dans « Science Advances », bouleverse plusieurs théories sur la maladie